AMMR MRMA

Association municipale de Mont-Royal / Mount Royal Municipal Association

Histoire

L’Association municipale de Mont-Royal, l’une des plus anciennes associations de citoyens de la région de Montréal, poursuit la tradition amorcée depuis 1932 par l’Association des citoyens de Ville Mont-Royal. Celle-ci s’est ensuite appelée l’Association des propriétaires de Ville Mont-Royal. Depuis 1972, elle porte le nom d’Association municipale de Mont-Royal (AMMR), pour permettre aux locataires d’y adhérer.

Le mandat de notre association consiste à représenter les propriétaires et les locataires de Ville Mont-Royal, ainsi qu’à préserver et à améliorer les services sans que des frais injustifiés ou inutiles soient engagés. Nous sommes des bénévoles. Nous ne sommes pas axés sur la prochaine élection : nous avons plutôt adopté une approche à long terme pour la gestion des ressources de notre ville.

La fiscalité a toujours constitué l’une de nos principales préoccupations. Ainsi, en 1998, nous faisions partie de l’alliance Taxe$Action, qui a d’ailleurs obtenu gain de cause. Et en 1999, nous avons demandé une réunion spéciale du conseil municipal de Ville Mont-Royal pour discuter de l’augmentation de la dette à long terme. Par le passé, nous avons toujours été très actifs lorsqu’il s’agissait de proposer et de contester d’importants investissements. La construction de notre bibliothèque et la modification des plans de rénovation de l’aréna sont deux exemples de propositions de notre part. Et notre opposition à la conversion du terrain de curling en aréna et à la construction d’une nouvelle Maison de la culture (d’une valeur de 6 millions de dollars) sont deux exemples de contestations de notre part.

La sécurité publique, les questions environnementales, la surveillance des principaux projets et les règlements municipaux de la ville constituent des préoccupations constantes de comités particuliers de l’AMMR. Ainsi, en 1996, des membres du « Comité du transfert des déchets » de l’AMMR ont assisté à de nombreuses audiences du BAPE à Ville Saint-Laurent avec d’autres groupes concernés. Ils ont combattu avec succès le projet d’un poste de transbordement des déchets adjacent au secteur industriel de Ville Mont-Royal. La surveillance de quartier, des lignes de conduite claires pour la lutte contre les pesticides et la modification d’importants projets comme l’édifice initial de 9 à 10 étages sur le Croissant Merit comptent parmi nos réussites antérieures.

Par le passé, les subventions gouvernementales aux infrastructures étaient plus susceptibles d’être accordées pour des arénas et des centres d’art que pour des éléments essentiels comme les égouts, les routes et les ponts. Nous devons être prêts maintenant, car à l’avenir, il faudra discuter du coût de la résolution des principaux problèmes d’infrastructure. Les propriétaires et les locataires constituent les principales sources de revenus municipaux, mais ils sont les derniers à être consultés dans la hiérarchie fiscale. Nous devons donc être prêts à nous unir de nouveau à d’autres organismes municipaux, afin de trouver des solutions et de tenter d’obtenir le financement raisonnable des infrastructures auprès des gouvernements fédéral et provincial.

À l’AMMR, nous avons pris l’initiative de la lutte contre les fusions forcées : nous avons appelé à la mobilisation et collaboré avec les représentants de toutes les associations de citoyens de l’île de Montréal. Nos directeurs ont aussi participé activement à la coalition qui s’est battue avec succès en faveur de notre défusion. Nous continuerons à lutter pour un système d’agglomération plus démocratique et à tenter de relever d’autres défis à l’avenir.

Advertisements